Le parc régional des Appalaches au Québec

On 31 August 2009 by Jérôme
Vue du refuge

Vue du refuge

J’ai passé la dernière fin de semaine (22-23 août) dans le parc régional des Appalaches, sur la proposition d’une amie. Le parc est à environ 1h45 de la ville de Québec au sud-est, et pour une fois ce n’est pas un parc de la SEPAQ 🙂 Il s’étend au sud de Montmagny, entre Notre-Dame du Rosaire et Saint-Just de Bretenières.

http://www.parcappalaches.com/contenu/index.cfm

La première différence avec un parc de la SEPAQ ou un parc du Canada, est qu’il n’y a pas de frais d’entrée dans le parc. Donc il est tout à fait possible de venir faire de la randonnée gratuitement, le temps d’une journée.

Pour dormir nous avons loué un refuge une nuit. Notre point d’entrée dans le parc s’est fait au Café des Randonneurs, à Saint-Fabien de Panet, où  nous avons récupéré les clés et quelques informations utiles. L’accueil a été très chaleureux et convivial. On nous a expliqué le fonctionnement du site, mais également conseillé les meilleures randonnées à faire et les endroits les plus agréables pour se baigner.

Vue du refuge

Vue du refuge

Refuge de la Cascade Noire
Nous avons ensuite repris la voiture et rouler environ 15 minutes sur un chemin de terre et de cailloux, pour arriver au refuge, le refuge de la cascade noire. Il est situé dans les bois à 200m de la route, donc suffisamment éloigné pour être tranquille, mais pas trop pour pouvoir transporter nos affaires facilement. C’est un joli petit refuge au bord d’une rivière, pour 8 personnes maximum. Étant 5 nous n’étions pas vraiment serrés. Le refuge coute 75$ la nuit, il y a des toilettes sèches, mais pas de douche, en fait il n’y a pas de point d’eau potable. Nous avions emmené 8L d’eau pour un jour et demi et ce n’était pas suffisant. Donc pour ne pas finir toute l’eau potable dès le dimanche matin, nous avons fait bouillir de l’eau de la rivière. Elle n’était pas translucide, mais elle n’a pas donné un mauvais gout à mon thé … et personne n’a été malade 😉

Il y a d’autres avantages par rapport au parc SEPAQ :

  • Le bois était fourni et on en a vraiment pas manqué
  • Il y a des emplacements de camping gratuit : des genres de planché sont installés dans un coin du bois, permettant d’installer son campement dessus.

Nous sommes arrivés sur place vers 14h et le programme de la fin de semaine était “détente”. Donc nous avons déballé nos affaires, fait le tour des lieux, puis nous nous sommes assis sur la table de pique-nique devant le refuge. Le repas du midi était assez sommaire, salade de riz, pâté, pain de mie, chips, sans oublié le camembert et le vin rouge. Nous avons passé l’après midi à discuter, jouer à un jeu de carte (Wanted pour les connaisseurs) et boire quelques verres, tout ça en profitant de la vue sur la rivière et du calme environnant.

Repas

Repas

Feu

Feu

En début de soirée nous avons commencé tranquillement à allumer le barbecue ainsi que le feu de camp. En même temps que le couché de soleil, les moustiques sont arrivés en masse et nous ont obligé à nous recouvrir de crème (ici, ils piquent même à travers un Jean). Nous avions un menu pas très original pour un barbecue : de la viande ! A la différence près que cette fois elle était en brochette avec poivrons et oignons, nous avions en plus les restes du midi.

Sentier de jour

Sentier de jour

Vers 22h, trois d’entre nous ont décidé d’aller faire une petite randonnée nocturne tandis que les deux derniers partaient se coucher. Le sentier part directement du refuge dans le bois. Le balisage est fait en peinture bleue sur les arbres et les marques sont suffisamment nombreuses, la preuve en est, qu’après quelque bouteille de vins et le noir de la nuit, on ne s’est même pas égaré (on avait quand même des lampes frontales …). En tout cas la randonnée était très agréable, bonne température, pas de moustiques et le sentier en lui même très amusant et varié : un sous bois recouvert de mousse, des petits ponts surplombant des ruisseaux, montés et descentes, des cordes sont installées lorsque la descente est difficile. Nous avons aussi longé un court d’eau, sommes passer à côte d’une roche gigantesque, puis finalement retour sur la route caillouteuse pour retourner au refuge. Le tour nous aura pris 2h.

Le lendemain matin, levé pas trop tard … j’étais même pas le dernier !! Déjeuner tout en douceur avec de quoi contenter tous les gouts : café, thé,  jus de fruit, Nutella, marmelade et bien sur beurre de cacahuètes 😉 On devait libérer le refuge pour 11h … je pense qu’à 12h on était près 😀 Ensuite on avait jusqu’à 16h pour rendre les clés au Café des Randonneurs. Nous avons décidé de rejoindre le coin baignade que l’on nous avait indiqué. On a suivi un début d’itinéraire de randonnée puis nous avons bifurqué sur un chemin en direction de la chute de la Devost. C’est dans le bassin au pied de cette cascade (par vraiment impressionnante) que nous nous sommes baignés. L’eau n’était pas froide du tout, par contre on ne voyait pas le fond de l’eau, il fallait donc faire attention aux rochers semés un peu partout. Après la baignade, on a fait une petite sieste sur les rochers en bordure, tel des lézards au soleil, jusqu’au moment de partir.

Cascade - Baignade

Cascade – Baignade

Cascade - Baignade

Cascade – Baignade

Au retour, nous avons de nouveau discuté avec la personne à la réception (une autre), cette fois des activités et des autres possibilités d’hébergement dans le parc. Les deux activités pratiquées ici sont la randonnée et le canoë … étonnant, non ? La randonnée à pieds en été-automne et en raquette ou ski de fond en hivers (Le printemps n’est jamais une saison propice aux activités extérieures à cause de la fonte des neiges).

Le parc est traversé par une rivière qui permet, avec quelques portages et rapides, de descendre pendant 30 ou 40 kms en canoë jusqu’à un grand lac. Lorsque le niveau de l’eau est trop bas, seule la fin de la rivière amenant au lac est praticable. Le parc propose un service (payant) de transport des bagages mais également de voitures, c’est à dire qu’ils vous amènent votre voiture à la fin du parcours de canoë (ou de votre randonnée). Il est également possible de mixer canoë et randonnée pendant plusieurs jours en dormant dans les refuges, chalet ou camping à proximité de la rivière.

La galerie photo : http://galerie.jnicolas.name/index.php/canada/quebec/parc_appalaches

Comments

comments

3 Responses to “Le parc régional des Appalaches au Québec”

  • Chewi

    see you are having fun 😉

  • James

    Salut de viens de lire et de voir tes photos sur ton week end au parc et si tu permet j’ai tout afficher sur ma page facebook parce que je découvre ce coin de pays et St-Fabien de Panet et je trouve ça Wow extra Surement un bo projet de camping pour cet été
    Merci Nicolas

  • Aucun problème pour mettre un lien vers mon article sur ta page Facebook, par contre n’ajoutes pas mes photos parmi les tiennes à cause des droits d’utilisation sur Facebook 😉
    Merci !
    Jerome.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *