La langue Québécoise

On 29 June 2009 by Jérôme

Enfin ! Vous attendiez tous cet article avec impatience pour pouvoir jurer (entre autre) en Québécois ! Effectivement les jurons ou les sacres sont important (très présent) dans la langue Québécoise de tous les jours, mais il n’y pas que ça 🙂

Néanmoins, une caractéristique forte de cette langue est la familiarité, dans le sens amical et non grossier. Elle est de rigueur dans toute la province et dans toutes les classes sociales. Cela passe essentiellement par le tutoiement qui vient directement de l’anglais où le vouvoiement n’existe pas. Ça arrive très souvent qu’un commerçant tutoie les clients et qu’en plus du simple bonjour (ou allo) il demande comment ça va. Très souvent quand je vais dans un bar j’ai le droit à un “Salut ! Ça va ?”. La première fois qu’un barman a dit ça a un ami, j’ai cru qu’il était un habitué de l’endroit … pas du tout. Je pense que c’est entre autre pour ça que les Québécois passent d’ambler pour un peuple très accueillant.

Il y a deux difficultés lorsque l’un Français écoute un Québécois :

  • Leur vocabulaire/expressions spécifiques (vous en avez déjà tous entendu : char, chum …)
  • La façon qu’ils ont de « manger » les syllabes, de contracter les articles et autres petits mots (C’est plus ou moins accentué suivant les personnes et s’ils font attention à qui ils parlent).

Leur prononciation est très souvent comparée à l’accent campagnard Français. On retrouve même certaines expressions de patois régionaux. C’est d’ailleurs à juste titre puisque, les premiers habitants venaient essentiellement du quart Nord-Ouest de la France (Bretagne, Vendée, Normandie …). Mais la véritable origine de la langue québécoise est le français de la cours du roi. A l’époque de la colonisation, chaque région parlait une “langue” différente et ils ne comprenaient pas entre eux, ils ont donc choisi le français de la cours du roi pour communiquer tous ensemble. C’est pour cela qu’entre autres, ils continuent à utiliser le «y» au lieu du «lui».

Un exemple, à mon arrivé sur ma première mission, je discutais avec un jeune collègue au moment du diner, il a voulu me dire « sais-tu ou est ce qu’il est ? », phonétiquement, il a dit « s’tu ou s’ky é ? » ou plutôt « s’tuous’kyé ? », et moi j’ai traduit par « sais-tu skier ? » ce qui n’avait pas vraiment de rapport avec la discussion … bref on s’habitue.

Un autre exemple, où pour le coup, c’est moi qui ne me suis pas bien fait comprendre. On était 4 personnes assises dans un bar, mais trop près d’une enceinte, on voulait donc se déplacer. J’ai lancé “on peut s’mettre là-bas !” … les autres, surtout les filles ont parues un peu choquées. Il semble qu’ici, cette expression à une forte connotation sexuelle …

J’en profite également pour ajouter une anecdote qui pourrait vous éviter un malentendu. Quand j’ai dis que mon petit frère était à Bordeaux, tout le monde à compris qu’il s’agissait de la ville Française, mais ça à bien fait rire parce que Bordeaux, au Québec, est la grande prison de Montréal.

 

Particularités :

Le « i » tire vers le « é » et le « a » tire vers le « o » Les “t” en fin de mots sont très souvent prononcé : fait, bout, tout Le « tic » de langage, c’est la double utilisation du sujet dans une question : Tu vas-tu au bar à soir ? Vous avez-tu une cigarette ? Il neigera-tu cette fin de semaine ?

 

Le vocabulaire purement québécois

(c’est plus ou moins écris phonétiquement)

 

  • Cuisine/Repas

Déjeuner (matin) / diner (midi) / souper (soir) … si on vous invite à diner, ne venez pas à 19h !
Un chaudron : une casserole
Des ustensiles : des couverts Tupperware n’a pas été adopté comme un nom, ici c’est simplement, boîte plastique
Boisson
: boisson alcoolisée
Liqueur
: boisson non alcoolisée gazeuse
Glace
: glaçon
Crême glacée
: de la glace
Un sous-marin : un sandwich (genre ceux de Subway)
Des bines : haricots
Un dépanneur : une petite épicerie ou on peu acheter de tout (alcool tabac …), qui  reste ouvert très tard le soir.

 

  • Vêtements

Des souliers
Des bas : des chaussettes
Un chandaille : un pull
Une camisole : un T-shirt
Des bobettes : sous-vêtements, petite culotte
Les gougounes : tongs/claquettes
Une sacoche : sac à main
Une brassée de linge
Magasiner : faire les magasins, faire du shopping

 

  • Divers

~~ NOMS ~~
Un cadran : un réveil
La fin de semaine
: le week-end
Un condo : appartement en copropriété
Un char / Une auto: “Parquer son char dans un stationnement” et pas “garer sa voiture dans un parking”
Achalandage
: embouteillages
Mon chum : mon petit ami, mon copain
Ma blonde : petite amie, copine
Mes chums : mes potes (les filles l’utilisent aussi: mes chums de filles)
Un fif : une tapette
Un itinérant : SDF
Dispendieux
: cher
Un babillard : tableau en liège pour punaiser
Bicyclette
/ Bicycle / Bécique : un vélo
Un club : ça à la même signification, mais la prononciation change. On dit [klub] et pas [kleub]
Une toune : une chanson
Un spécial/des spéciaux : plat du jour / promotions
Une place : un lieu ou une place (Tu connais tu une place branchée pour aller danser ? Où est la place Royale ?)
Une moumoune/être moumoune : peureux
Une (vieille) minoune : une voiture très abîmée
Une patente : c’est assez difficile à expliquer, ex : “faire marcher la patente”, ça représente quelque chose pour lequel on n’a pas de nom (voir aussi le verbe)

~~ EXPRESSIONS ~~
Bon matin : bonjour
Toulou / Allo / Salut : salut
A date, a matin, a soir : ce matin, ce soir; “La distributrice est vidée à tous les soirs”
Tantôt : Tout à l’heure/Plus tard. Notion de temps très vague. Dans le passé, “J’ai été à la piscine tantôt”; Dans le Futur “On se voit tantôt”, ça peut être dans 10 minutes, ce soir, demain … ou jamais
Présentement: pour le moment, en ce moment, actuellement
Ayoye : expression d’étonnement
Pantoute : pas du tout, “tu n’as pas le droit pantoute !”
C’est correc’ : c’est bon, ça suffit (Est ce que tu veux encore de l’eau ? Non, c’est correc.)
Nous aut’ / eux aut’ : nous / eux
J’suis pas mal sûr
Ça (me) prendra : prendre est souvent utilisé à la place de falloir
De mon bord : de mon côté
Veux veux pas
: qu’on le veuille ou non
C’est débile / c’est malade : pour décrire quelque chose d’extraordinnaire
C’est pas pire : c’est pas trop mal
C’est plate : c’est dommage, c’est pas terrible, ennuyeux

~~ VERBES ~~
Faire la baboune : bouder, faire/tirer la gueule
Briser : est plus utiliser que casser
Capoter, j’capote, c’est capotant : c’est génial ou c’est catastrophique
Chiâler : se plaindre
Être (tout) croche : de travers, branlant
Crouser
: draguer
Écœuré/écoeurant : être excellent
Écouter un film, la TV : écouter est utiliser à la place de regarder
Se fourrer : se tromper
Garocher : lancer
Gouter : ça goûte drôle, j’ai pas le goût de sortir à soir
Gosser : bidouiller
Être mêlé : ne pas comprendre, être confus
Niaiser : se moquer, “arrête de me niaiser !”
Être maganné : être fatigué (comme après une cuite)
Être pacté : Être bourré
Patenter : pourrait se traduire par “bricoler”, “bidouiller”. Patenter quelque chose, patenter la patente … ça s’utilise quand on n’a pas de mots juste pour décrire quelque chose, ou que l’on ne veut pas donner de précision.
Pogner : attraper, choper
Se ramasser : être calme, discret ou se retrouver à un endroit
Être raqué : avoir des courbatures
Être tanné : en avoir marre
Se tasser : se pousser, se serrer
Être usagé : d’occasion

 

  • Les jurons !

Ils ne sont pas si nombreux que ça, mais leur utilisations est très variées ! Ils sont souvent déformer pour les atténuer. On peut les utiliser dans leur forme de base, les ajouter les uns aux autres. Pour la plupart on peut aussi les conjuguer ou en faire des noms … bref tout est permis !
Câlice -> Câline
Tabarnak’ -> Taberouette / Tabernouche
Crisse
Osti
Crime
Cibole, Ciboire
Maudit
Marde, Viarge

Et puis quoi de mieux qu’un petit cours en  vidéo, extrait du film “Bon Cop Bad Cop” :
[youtube http://www.youtube.com/watch?v=sCJ3U-JbWIs]
[youtube http://www.youtube.com/watch?v=W5BQAU0S37Y]

 

  • L’anglais traduit :

Bienvenue : « de rien » (You are welcome)
La journée longue (all along the day)
Tombé en amour (falling in love)
Une couple de … : prononcer “coupe”, une couple de fois (a couple of times)

  • L’anglais fréquemment utilisé ou francisé

Un lunch : un repas
Un party (prononcer “parté”)
Une gang : un groupe, une bande
Une job : un travail
Une joke : une blague
Un refill : Le refill de café est gratuit
Checker : vérifier
Catcher : attraper, comprendre
Cheap : pas cher
Pitcher : lancer, éjecter (s’utilise au sens propre comme au figuré)
Scraper : abîmer
Oh boy !!
Un lift / Un ride : un trajet (en covoiturage)
Napkin : serviette de table
All-dress(ed) : avec toute la garniture / assaisonné
Fucké : C’est fucké ou il est fucké
Céduler : provient de schedule, qui veut dire planifier

Je mettrais l’article à jour avec de nouvelles expressions, mais voilà déjà un bon début, vous pouvez vous entraîner 😉 et revenez régulièrement !

 

Source:

One Response to “La langue Québécoise”

  • Daniel

    Absolument d’accord que c’est difficile pour un français de comprendre le langage québécois. Par exemple, dans la région du Lac-St-Jean, l’expression “A cause tu fais simple de même” est complètement une autre planète pour le nouveau venu au Québec.

    Cette expression signifie “Pourquoi tu fais à ta tête ?” ou “Pourquoi boudes-tu ?”.

    Par contre, c’est aussi difficile pour le québécois de comprendre toutes les expressions françaises mais on s’y fait. Je demeure avec quelqu’un de la France et finalement j’aime le français bien articulé.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *